Un signe de la Foi : le Pardon

17 août 2018

Les chrétiens sont, jusqu’à la fin de leur vie, à l’école du Christ leur
maître, leur modèle et leur sauveur. Les évangiles nous transmettent cet
enseignement de Jésus, avec, à la clé, des témoignages et expériences qui
nous encouragent à rentrer nous aussi dans cette formation à la Vraie Vie.
Jésus est questionné par Pierre, l’un de ceux qu’il avait appelé à le
suivre et qui s’est si bien distingué par ses faiblesses et son courage que
finalement, il a été choisi comme le responsable du groupe. Pierre demande : "Seigneur, quand mon frère commettra une faute à mon égard, combien de fois devrais-je pardonner ? Jusqu’à sept fois ?"(Mt18,21). Il a assimilé la leçon sur la miséricorde de Dieu qui nous invite à être à notre tour miséricordieux mais il ne sait pas comment être miséricordieux à tout moment et s’il y a une limite à la miséricorde. Jésus répond : « Je ne te dis pas de pardonner jusqu’à sept fois, mais jusqu’à 77x7fois"(Mt18,22). 77x7=539 ! Pour pardonner 539 fois, il faut avoir un calepin et noter chaque pardon, il ne faut pas se fatiguer de noter ni de pardonner, il faut avoir du temps à consacrer pour compter les pardons offerts, il faut bien distinguer le vrai pardon qui libère le coeur de celui qui garde rancune, ainsi de suite.
Jésus explique dans la suite de l’évangile, par une image, comment
nous les chrétiens sommes appelés à vivre le pardon (Mt18, 23-35). Il est
question d’apprendre à pardonner de Dieu lui-même, il nous faut nous
connecter au pardon de Dieu afin d’offrir à ceux qui nous offensent le pardon du fond du coeur. Le chrétien est donc celui qui vit sous la lumière de l’amour de Dieu. Cela signifie que notre vie n’a rien de banal, tout est grâce, tout est communion avec Dieu qui nous accompagne partout et toujours de son amour miséricordieux.
Dans ce cas, comment le chrétien peut-il dire "je n’ai pas de péché, je
ne fais rien de mal" ? Car dire cela, c’est proclamer que Dieu ne pardonne pas d’une part, et d’autre part s’enfermer dans une vie de rancune et de
rancoeur où le pardon est inexistant.