La Porte du mal

13 octobre 2018

Saint Thomas D’Aquin, en parlant du mal, Q1,8, dit : « … le mal, en tant que mal, agit. Or rien n’agit sinon dans la mesure où il est quelque chose. Donc le mal, en tant que mal, est quelque chose ». Il y a toute une qui est développée. Mais quand nous sentons une douleur physique, morale ou spirituelle, on ne peut douter qu’on a mal !!!!
Le problème que nous soulevons c’est le mal qui passe par moi pour atteindre l’autre !!! ai-je le droit de faire mal à l’autre ? Pour nous les chrétiens, l’exemple de Caïn tuant son frère Abel par jalousie, de Juda trahissant Jésus (par cupidité), et bien d’autres récits bibliques nous invitent à approfondir notre responsabilité dans les ravages que fait le mal autour de nous et en nous.

Réfléchir, oui, mais être aussi humble pour se remettre en question quand notre attitude, nos paroles ou nos actes génèrent le mal autour de nous. Le chrétien n’avance pas dans cette vie la tête baissé et les yeux fermés, il réfléchit, il prend conscience des enjeux de son existence et de celle de son entourage. Nous participons peut-être à salir un frère ou une soeur de notre communauté par des paroles, alors nous sommes par là même la porte par laquelle le mal entre dans notre communauté. Vivre dans la diffamation et l’hypocrisie nous rend complice du mal. Alors, suis-je pour ma communauté la porte du mal ?