Chers Jeunes, ayez le courage de risquer un saut en avant !!!

17 août 2018

Chers amis, vous vous êtes mis en marche et vous êtes venus à ce rendez-vous. Et maintenant ma joie est d’entendre que vos coeurs battent d’amour pour Jésus, comme celui de Marie-Madeleine, de Pierre et de Jean. Et puisque vous êtes jeunes, comme Pierre, je suis heureux de vous voir courir plus vite, tel Jean, poussés par l’élan de votre coeur, sensibles à la voix de l’Esprit qui anime vos rêves. C’est pourquoi je vous dis : ne vous contentez pas du pas prudent de celui qui rejoint le bout de la queue. Ne vous contentez pas du pas prudent de celui qui rejoint le bout de la queue. Il faut le courage de risquer un saut en avant, un bond audacieux et téméraire pour rêver et réaliser comme Jésus le Règne de Dieu et vous engager pour une humanité plus fraternelle. Nous avons besoin de fraternité : risquez, avancez !
Je serai heureux de vous voir courir plus vite que ceux, dans l’Église qui sont un peu lents et craintifs, attirés par ce Visage tant aimé que nous adorons dans la sainte Eucharistie et que nous reconnaissons dans la chair de notre frère souffrant. Que l’Esprit-Saint vous pousse dans cette course en avant. L’Église a besoin de votre élan, de vos intuitions, de votre foi. Nous en avons besoin ! Et quand vous arriverez là où nous ne sommes pas encore arrivés, ayez la patience de nous attendre, comme Jean a attendu Pierre devant le tombeau vide. Et autre chose : en marchant ensemble, ces jours-ci, vous avez expérimenté combien cela demande d’effort d’accueillir le frère ou la soeur qui est à côté de moi, mais aussi la joie que peut me donner sa présence si je la reçois dans ma vie sans préjugés ni fermetures. Marcher seul permet d’être détaché de tout, peut-être plus rapide, mais marcher ensemble nous fait devenir un peuple, le peuple de Dieu. Le peuple de Dieu qui nous donne la sécurité, la sécurité d’appartenir au peuple de Dieu… Et avec le peuple de Dieu, tu te sens sûr, dans le peuple de Dieu, dans ton appartenance au peuple de Dieu tu as une identité. Un proverbe africain dit : « Si tu veux aller vite, cours tout seul. Si tu veux aller loin, vas avec quelqu’un ».