Simplicité et vérité

13 novembre 2017

Paroles de vie (cf site : Port Saint Nicolas) : témoignages de personnes à propos d’un verset biblique qu’ils ont aimé.
Observez les lis des champs, comme ils poussent : ils ne peinent ni ne filent. Or je vous dis que Salomon lui-même, dans toute sa gloire, n’a pas été vêtu comme l’un d’eux (Mt 6,28-29)
Pourquoi cette phrase, anodine, sorte de tache de soleil dans l’humus serré et foisonnant de la Bible, n’exprimant rien de dogmatique ou d’exemplaire, est-elle ma préférence ?
C’est sans doute que là, s’exprime le plus précisément, le catholicisme.
Ce moment d’arrêt, cet indicible de silence et d’émerveillement que l’on nomme contemplation. C’est le regard que le Christ-enfant, adolescent, du haut de son nid de pierraille et de sécheresse porta sur le printemps rose et jaune de la ruisselante Galilée. Là, en contrebas. L’émerveillement qu’Il en ressentit. Et je ne parle pas d’esthétisme, de frisson poétique et sensible, je parle de ce moment où Il a su. De cet instant éternel où Il laissa à la Grâce le temps de beauté nécessaire à sa Révélation.
Je crois, je crois que ce sont les roses campanules et les mousses d’or des bidens de Galilée qui, les premiers, ont aimé la beauté d’épure tragique de Son Calvaire. Je crois qu’à cet instant pétrifié s’est signé le pacte d’Amour.
Il me faudrait un livre pour parler de la Grâce. Je n’ai ni la science ni les mots. Ni le goût du martyre de ceux qui ont tenté de le faire. Seul Jésus, avec cette parcimonie stylistique qui lui est particulière, a pu nous évoquer le chemin et la matérialité de la Grâce par cette phrase :
« En vérité, je vous le dis, même le roi Salomon, dans toute sa splendeur, n’eut jamais de robe plus belle que le simple lis des champs. » (Mt 6,28-29) 

Marie LAFORÊT (Chanteuse et actrice)