Partir ou rester ?

12 mai 2017

C’est la question qui ponctue les pas du chrétien en ce siècle où il a tellement de propositions qu’il ne se rend même pas souvent compte qu’en décidant, il se prononce pour ou contre Jésus.
C’était déjà le cas avec les disciples de Jésus lorsqu’ils étaient si bousculés par les exigences de leur choix qu’ils se demandaient comment ils devaient vivre.

Jésus lui-même, (en Jean 6, 63), les questionnait : « voulez-vous partir vous aussi ? » Partir n’est pas si difficile, il suffit de se cacher dans cette vie hypocrite où on sourit mais on maudit dans son cœur, on parle avec celui qu’on déteste et qu’on juge sévèrement, on se réunit pour diffamer, détruire l’honneur de l’autre. Cela est tellement facile à faire que nous en sommes arrivés à le confondre avec notre vie de tous les jours !!! Alors la réponse à la question de Jésus : voulez-vous partir, m’abandonner, me trahir comme Judas l’a fait, me crucifier sur les croix de notre monde actuel ? La réponse se fait claire dans notre conscience et nous amène à réfléchir sur notre façon de vivre notre foi. Car Jésus est présent en chaque personne que je juge et condamne. En Matthieu 25, 31-40, Jésus montre comment, au jugement dernier, nous serons récompensés proportionnellement au bien ou au mal que nous aurons fait aux autres. Il fait remarquer la surprise de ceux qui font du bien : « Seigneur quand t’avons-nous vu ? » Jésus répond : « chaque fois que vous l’avez fait à l’un des plus petits de mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait. » 

Loin d’une sentence effrayante, l’évangile nous aide à redécouvrir la foi pure qui nous lie les uns aux autres dans une communion profonde. Déjà, le bonheur sur terre n’existe pas dans l’égoïsme et la méchanceté ! Plus encore le chemin qui mène à la vie éternelle ouvre-t-il notre cœur à nos frères et sœurs