Amour et « amabilité »

23 octobre 2017

L’exhortation apostolique post synodale Amoris Laetitia sur l’amour dans la famille recadre quelques éléments nécessaires à la compréhension du fait d’aimer l’autre. En son numéro 99 il nous rappelle qu’Aimer c’est aussi être aimable, l’expression veut indiquer que l’amour n’œuvre pas avec rudesse, il n’agit pas de manière discourtoise, il n’est pas dur dans les relations. Ses manières, ses mots, ses gestes sont agréables et non pas rugueux ni rigides. Il déteste faire souffrir les autres. La courtoisie « est une école de délicatesse et de gratuité » qui exige « qu’on cultive son esprit et ses sens, « qu’on apprenne à sentir, qu’on parle, qu’on se taise à certains moments » . Etre aimable n’est pas un style que le chrétien peut choisir ou rejeter : cela fait partie des exigences indispensables de l’amour ; par conséquent « l’homme est tenu à rendre agréables ses relations avec les autres »(2). Chaque jour « entrer dans la vie de l’autre, même quand il fait partie de notre vie, demande la délicatesse d’une attitude qui n’est pas envahissante, qui renouvelle la confiance et le respect […]. L’amour, plus il est intime et profond, exige encore d’avantage le respect de la liberté, et la capacité d’attendre que l’autre ouvre la porte de son cœur. » (3)

 Octavio Paz, La llama doble, Barcelone 1993, p. 35
2 Thomas d’Aquin, Somme Théologique II-II, q. 114, Art. 2, ad 1.
3 Catéchèse (13 Mai 2015) : l’Osservatore Romano, éd. En langue française, p.2